Happa teï (Paris): pour changer des Ramen et sushis, goûtez aux épatants Takoyaki et Okonomiyaki

Takoyaki toujours servis par six

Pour changer des sempiternels sushis et des grosses soupes de nouilles japonaises, goûtez aux Takoyaki et Okonomiyaki spécialités populaires d’Osaka (= le second fief de l’auteur de ce post)  chez Happa Teï, qui a ouvert il y a quelques mois.

Les Takoyaki sont des boulettes de pâte à crêpe agrémentées de poulpe, de sauce et de ciboulette. Chez Happa Teï, comme au Japon, on les prépare devant vous et on vous les sert immédiatement. Il faut les manger à peine sorties de la plaque, elles sont alors moelleuses. Un bon test pour savoir si les takoyaki sont dignes du nom: la pâte doit être ferme à l’extérieur, onctueuse à l’intérieur et le poulpe doit être impérativement frais et fondant (tout un art et un casse tête de cuisson).

Les takoyaki se dégustent dans la rue comme là-bas, ou alors au  premier étage, dans une salle aux proportions et à la décoration très  graphiques (murs rouges écarlates et banc en bois brut).

Okonomiyaki

Le soir est servie une autre spécialité d’Osaka, les Okonomiyaki (savoureuses crêpes épaisses à base de chou, de viande ou de poisson, préparées minute sur une plaque, et qui elles aussi se dégustent brûlantes). Les okonomiyaki  de Happa Teï pourraient sortir tout droit des fourneaux de ma grand-mère,  car assaisonnés à point et servis à exacte température (ce qui paraît évident mais qui est loin de l’être).

Happa Teï c’est donc ma cantine sans prétention du moment, un refuge culinaire en cas de nostalgie, un convaincant et dépaysant aller-retour Paris-Osaka le temps de déguster quelques boulettes de poulpe et autres spécialités du Kansaï garanties authentiques.

  • Happa Teï 64 Rue Sainte-Anne, 75002 Paris – Tel: 01 42 96 60 40
Publicités

Nagahori – Mon restaurant incontournable à Osaka

Nagahori est un  éden culinaire, un restaurant incontournable lorsque je suis à Osaka.

Sashimis d'été dont les fameux oursins

Dans un décor épuré et reposant, derrière le comptoir tout en bois, son attachant chef, Monsieur Nakamura et sa clique préparent sous vos yeux les poissons ultra frais, cisèlent avec brio les légumes (à foison) directement servis. Comme cela est souvent le cas au Japon, le menu unique varie en fonction des arrivages et des saisons. Oeufs de poule sans coquille, salade monochrome aux agrumes, parfaits sushi de Sanma (un poisson bleu difficilement trouvable), petits ayu préparés au gril et croustillants (poisson des rivières) etc.

Mais surtout on y déguste le fameux sashimi d’oursin, ma madeleine d’Osaka: maritime, voyageuse, délicate, succulente et qui est en soi tout un poème. Chair charnue et fondante, infiniment parfumée par le bois du résineux avec lequel on a façonné la petite boîte assurant son transport de Hokkaido au Kansai et dans laquelle on mange directement ces merveilles orangées.

Poissons d'eau douce grillés
Sushis de sanma

Avec quelques rasades d’excellent saké, la cuisine (pas si) simple de Nakamura procure une douce ivresse, un divin contentement qui se lie sur les yeux brillants de ses hôtes. Pour la petite histoire, Nagahori est la « cantine » de Pierre Gagnaire lorsqu’il sillonne la région.

Environ 80 euros par personne (menu unique) avec le saké.

le chef Nakamura san
  • Adresse: 
  • Nagahori 
  • 2- 6-5 Shimanouchi, Chuo-ku – Osaka Tel. (0081) 6738 0515. 
  • Le restaurant est difficilement trouvable. Allez y en taxi et au préalable, demandez impérativement le plan au concierge de l’hôtel ou téléphonez au restaurant pour que l’on puisse vous faxer le chemin.

L’un des meilleurs restaurant de sashimis et sushis à Paris se trouve sur l’Ile Saint Louis – Isami

A ceux qui fréquemment me demandent où manger des sashimis  et des sushis frais à Paris, je réponds inlassablement Isami.

Le restaurant est au bord de l’eau sur l’île Saint Louis, et lorsque les plats arrivent on est un peu là-bas, sur l’autre grande île quelque part dans une sushiya derrière Shinsaibashi à Osaka ou au marché de Tsukiji à Tokyo.

La carte – classiques assortiments de sushis et sashimi – n’est pas donnée, le service peut être franchement raide voire pince sans rire, le chef – Monsieur Nakamura – reste imperturbablement concentré derrière son comptoir surélevé, mais comme me l’a fait justement remarquer un de mes compagnons de tablée lors de notre dernière virée, avec une telle fraîcheur et une découpe si impeccable, ce qui est autour de l’assiette a finalement peu d’importance. Attablez vous au comptoir, goûtez aux petites entrées variées, notamment le chinchard mariné au gingembre d’une tendresse sans égal, le foie de lotte ou au sashimi de toro (partie la plus grasse du thon) fondants sous le palais.

  • Adresse :
  • Isami, 4 Quai d’Orléans, – 75004 Paris, Tel: 01 40 46 06 97
  • Réserver. Environ 40/50 Euros par personne.