Salon de Thé et Pâtisserie Toraya (Paris) – Le goût du Japon à deux pas de la Concorde

 

Parfois il ne faut pas grand-chose pour pallier un manque de Japon. Il suffit de goûter à l’une des douceurs de chez Toraya, pour être transporté là-bas.

Toraya est une maison de thé traditionnelle d’une grande notoriété. Depuis plus de trente ans, son salon de thé parisien à deux pas de la place de la Concorde vient au secours des nostalgiques, des inconsolables déracinés et surprend les papilles des curieux en leur offrant des thés classiques (hojicha, genmaïcha, matcha…) accompagnés de pâtisseries japonaises changeant au gré des saisons (régalez vous au printemps avec des gâteaux parfumés à la fleur de cerisier, en été avec une glace au thé vert, et en fin d’année avec des spécialités autour du marron).

Confortablement installé, la formule opère: l’odeur si particulière des effluves du thé japonais, le calme, les joyaux graphiques sucrés servis délicatement dans un carré de laque…vous voilà à la fois ici et là-bas. Magique.

  • Adresse:

    Boutique et Salon de thé Toraya 10, Rue St-Florentin, 75001 Paris, Tél : 01 42 60 13 00 Fax : 01 42 61 59 53 http://www.toraya-group.co.jp/paris/  Ouvert tous les jours de 10h30 à 19h sauf dimanche et fêtes, 3 semaines de fermeture annuelle en août.

 

 
Publicités

Nakamura Tokichi – Un ultime Uji Kintoki à Kyoto

La chaleur estivale de Kyoto est harassante, même la beauté de la ville ne peut parfois rien y faire. Pour braver cette fournaise, rien n’égale une spécialité japonaise glacée tellement rafraîchissante, l’Uji Kintoki.

 L’Uji Kintoki est une montagne de glace pilée parfumée de sirop de thé vert et surmontée de an (pâte de haricot rouge) et de glace au matcha. Il est servi en été dans tout le Japon et notamment à deux pas la gare de Kyoto, chez Nakamura Tokichi, un salon de thé traditionnel spécialisé dans le thé vert depuis plus de 150 ans ( thés et pâtisseries sur place et à emporter).

L’Uji Kintoki de Nakamura Tokichi est de taille si monumentale, qu’il semble impossible à terminer d’une traite. Lorsqu’on le déguste, au début, chaque cuillérée réveille et rafraîchit le corps d’un électrochoc glacé. Puis à mi-parcours, le froid anesthésie et réfrigère. Pourtant, il est difficile de s’arreter tant les arômes puissants et naturels du matcha sont exquis, voire addictifs. Lorsque finalement on frissonne un peu trop, il est temps de quitter les lieux et de retourner sous le soleil pour…se réchauffer (si, si!).

Requinquant, désaltérant l’Uji Kintoki est un dessert physique, une petite madeleine ultra glacée, indispensable pour supporter la chaleur de l’été kyotoïte.

  •  Adresse:
  • Nakamura Tokichi Higashishiokoji-cho, Shimogyo-ku (3ème étage du grand magasin Isetan dans la gare centrale) Kyoto, Tel +81 75-342-2303

Que ramener de Vienne? Dix objets viennois incontournables

Tel un inventaire à la Prévert, voici notre sélection de dix objets coups de cœur terriblement viennois, quasiment introuvables ailleurs.

1.Un chapeau de chez Mühlbauer

Un chapeau Mühlbauer est une valeur sûre. Depuis quatre générations ce haut lieu du couvre chef viennois habille les têtes de ses créations faites main aux coupes et proportions impeccables. Dans la très belle boutique de la Seilergasse au cœur du centre historique, on est grandement tenté de tout essayer.

2.De la Kurbiskernöl

De la quoi? de l’huile de pépin de courge. Une spécialité Autrichienne qui vient rehausser délicatement les plats (et surtout les salades) de ses arômes arrondis proches de la noix. Sa teinte vert profond est unique, c’est celle d’un lac sans fond. La Kurbiskernöl se trouve dans la plupart des supermarchés de la ville, nous l’achetons de préférence dans une « Reformhaus » (magasin de produits bio), chez Staudigl dans le centre.

3. De la soie

A deux pas de la  cathédrale se trouve INDIA, la plus  belle boutique de soieries, tissus et vêtements de la ville. La soie d’INDIA vendue au mètre ou sous formes de foulards et d’étoles est un doux souffle enveloppant. Certaines pièces  sont des réinterprétations de motifs traditionnels Autrichiens fabriqués selon des techniques et dans des matériaux indiens. Ces pièces métissées et graphiques sont de loin nos préférées. Egalement de nombreux vêtements et articles pour la maison (en tissus) déclinés dans de subtiles demi-teintes. Prenez votre temps, la boutique est grande, le choix y est conséquent.

4. Une Sachertorte

Péché mignon de l’Empereur François Joseph I, la Sachertorte (littéralement « tarte Sacher ») est un gâteau au chocolat fourré à la gelée d’abricot. Cette pâtisserie été créée au Sacher café par Monsieur Sacher en 1832. Depuis elle y est toujours confectionnée selon une recette top secrète restée inchangée.  Comme le définit si joliment le chef d’orchestre Lorin Maazel, la Sachertorte est « un symbole comestible de Vienne qui fait fondre le passé dans la bouche ». On peut la trouver in situ au café éponyme, prête à glisser dans sa valise, emballée dans une belle boîte en bois carrée.

5. des planches d’images naïves

La papeterie-magasin de souvenirs Katzer plonge dans l’enfance. Ses vitrines sont recouvertes de planches d’images naïves d’oiseaux, de fleurs, de personnages d’un autre temps. Ces trésors de papier s’achètent individuellement.

6. des Bretzels

Parce qu’en Autriche et en Allemagne, les bretzels frais sont irrésistiblement fondants et enveloppent le palais d’une douceur régressive. Rien à voir avec les petits ersatz secs et trop salés que nous avons ici. Les bretzels frais s’achètent dans toutes les boulangeries. Goûtez à ceux recouverts de pépins de courge si typiquement Autrichiens.

7. Des verres en cristal

La cristallerie Lobmeyr officie depuis 1823. Elle a fourni la cour d’Autriche et aujourd’hui encore ses services de table impériaux et lustres magnifiques peuvent être admirés  à la Hofburg. Les services sont répartis en deux lignes nettes:les gammes ultra classiques aux verres dorés ou gravés dans la masse et les services contemporains aux lignes si pures, majestueuses et aux parois si fines. Dans l’enseigne de la Kärnnternstrasse, on trouve également ub beau choix de porcelaines, de couverts, de lustres et d’objets.

8. Une veste en loden

Folklorique, classique, la veste en Loden doit être portée de manière décalée pour éviter un effet guindé. Sa coupe structurée apporte de l’allure, sa laine épaisse de la chaleur. A trouver chez Loden Plankl, la référence en matière de costumes traditionnels autrichiens en face de l’entrée de la Hofburg.

9. Un livre d’art

De préférence de chez Prachner. Cette librairie spécialisée dans l’art est très fournie et pointue.  Beaux albums pour les enfants.

10. Un objet ancien

Déniché par hasard et au gré des envies au Flohmarkt, le marché aux puces ouvert tous les samedis de 6h30 à 18h.

  •  Carnet d’adresses:
  • Mühlbauer Seilergasse 10, A-1030 Vienne, Tel: +43 (1)5335269 http://www.muehlbauer.at/content/
  • Staudigl Wollzeile 25, A-1030 Vienne, Tel: +43 (1)5124297
  • INDIA Strobelgasse 2 -1010 Vienne,  Tel.: + 43(1)5125196  www.india.co.at 
  • Café Sacher Philarmonikerstrasse 4, A-1030 Vienne, Tel:+43 (1)5121487
  • A.Katzer Wollzeile 5,-1030 Vienne, Tel: +43 (1)512 6278 
  • Lobmyer Kärntner Strasse 30, A-1030 Vienne, Tel: +43 (1) 5120508 http://www.lobmeyr.at
  • Loden Plankl Michaelerplatz 6, A-1030 Vienne, Tel: +43 (1)533 8032  http://www.loden-plankl.at/
  • Prachner Kärntner Strasse 30, A-1030 Vienne, Tel: +43 (1) 5128 5490
  • Flohmarkt (marché aux puces) Wienzeile, 4e et 6eme arrondissement, Métro Kettenbrückengasse (U4).

Gran Caffe Gambrinus (Naples) – un café à la marge du temps

Gambrinus est le café historique de Naples où de célèbres et nombreuses figures telles que Verdi, Wilde ou Sartre y ont dégusté des fines pâtisseries locales  légèrement relevées de zestes confits, accompagnées d’apéritifs sucrés ou de ristretti  cardiotoniques servis par des camerieri en queue de pie virevoltant dans ses salons dorés.

Ce qui est fascinant chez Gambrinus et dans de nombreux restaurants, cafés, commerces de bouche napolitains, c’est que depuis des décennies les changements du monde ainsi que les modes y ont laissé bien peu d’empreintes. En basse saison alors que la ville est peu agitée par les touristes cela est d’autant plus patent: face au vide le décorum se révèle être imperturbablement le même, les gestes restent identiques. Les salons de Gambrinus n’ont pas changé d’un iota au moins depuis les années 50, comme s’ils avaient été plongés dans un puissant formol.

Lorsque j’y ai dégusté mon café ce week-end, alors qu’en France la campagne présidentielle occupait les unes et que l’on fêtait le triste 1er anniversaire du désastre de Fukushima, j’étais totalement ailleurs. Face à moi des tables vides, une ambiance de station balnéaire désolée post IIIème guerre mondiale, des serveurs qui plaisantaient entre eux affairés à réchauffer des tasses, et la monumentale  Piazza del Plebiscito désertée sur laquelle, au loin, une piètre fanfare se produisait sans spectateur.

Dans la bouche le goût amer et viril du café adouci par le sucre  lentement, si lentement me conviait tant à m’extraire des contingences du monde qu’à prendre mon temps. Procédé efficace, prodigieux, immédiat. Les tracas, les élections n’avaient plus d’importance et je n’étais plus là mais bien ailleurs et encore mieux dans un autre siècle prête pour une longue promenade au bord de l’eau, à la marge du temps.

  • Adresse: 
  • Gran Caffe Gambrinus Piazza Trieste e Trento, 38 Naples
  • Tel: 081 417 582

Vilnius (Lituanie) – Carnet d’adresses, guide de voyage

Vilnius est la plus terrienne des capitales baltes. Verdoyante, entourée de rivières, elle ne connaît pas la mer.

Héritière de multiples  influences et d’époques  qui se superposent sur les façades de ses bâtiments (un peu d’Europe de l’Ouest, un brin de Scandinavie, un peu de Russie, du baroque, du Moyen Âge, de l’Union Soviétique, un zeste de Pologne et d’autres choses encore), elle peut être familière tout en restant si singulière.

La porte de l’Aurore

L’hiver y est particulièrement magique et calme.  Dans les ruelles moyenâgeuses de la vieille ville l’air est emprunt de givre, les pas crissent sous la neige et de doux murmures en énigmatique lituanien bercent le voyageur (il s’agit de la langue vivante la plus proche du sanskrit). Les rues embaument une envoûtante odeur sucrée de conifères consumés lentement dans les feux de cheminée. Lorsque les lourdes portes des églises s’ouvrent, ces effluves viennent s’entremêler aux volutes des opulents encens s’échappant des édifices.

Quelques pas dans ses rues suffisent pour être plongé dans la quiétude et la contemplation. Lointaine et si proche, calme et mystérieuse, Vilnius est une ville à découvrir.

Nous y avons sélectionné quelques adresses triées  sur le volet.

Que faire? Que voir en dehors des sentiers battus?

– aller sur le haut de la tour de Gédimias –le seigneur fondateur de la Ville au XIVème siècle  ou sur la colline des Trois Croix, la plus haute de Vilnius (Triju kryziu kalnas) pour admirer deux panoramas de la ville sur 360 degrés.

Les trois croix
La tour de Gédimias

– pousser les portes des nombreuses églises catholiques et orthodoxes qui renferment des trésors (notamment Saint Pierre et Paul, Saint Anne et Saint François des Bernardins).

– assister à un concert de musique classique au Filharmonija pour le prix d’une séance de cinéma (programmation de haute volée, parmi les plus réputées dans les pays baltes www.filharmonija.lt/en).

– Flâner dans le quartier alternatif d’Uzupis, ancien faubourg déclaré république autonome dont l’indépendance est fêtée le 1er avril.

– Découvrir le château de Trakai flambant neuf grâce à sa récente rénovation et surtout se balader tout autour du magnifique lac l’entourant (à une vingtaine de kilomètres de Vilnius).

Le château de Trakai
Le lac entourant le château de Trakai

– Se détendre grâce à la vapeur d’un sauna noir www.atostogoskaime.lt (maisons d’hôtes équipées)  www.pirtis.lt (sauna).

Où prendre le thé après quelques pas dans la neige?

Au salon de thé- restaurant Pilies Kepyklele. Les pâtisseries y sont délicieuses et ravissent les étudiants et professeurs des facultés environnantes dans un décor tout en bois. Si vous préférez opter pour  un voyage dans le temps, le Neringa  est un restaurant/salon de thé qui fut très populaire auprès des dirigeants soviétiques. Formica, service spartiate, néons jaunâtres, velours turquoise, concerts de standards russes. Rien n’aurait apparemment changé.

Salon de thé-restaurant Pilies Kepyklele
Salon de thé-restaurant Pilies Kepyklele

Où goûter des spécialités lituaniennes? 

A Vilnius:  à la Provence, où est servie une cuisine aux influences françaises et locales mais surtout considérée comme l’une des plus innovantes et intéressantes de la capitale. Pour une cuisine plus typique, notre restaurant préféré s’appelle Gabi et se trouve dans une perpendiculaire de Pilies gatve, en plein centre. Goûtez au chou farci et encore mieux aux koldunai (raviolis locaux farcis à la viande ou aux champignons à la crème fraîche et saupoudrés d’aneth). Zemaiciai offre des menus plus rustiques. Ce restaurant institution où l’on mange dans des caves d’un ancien monastère du 16ème siècle est très populaire auprès des visiteurs des pays voisins. Ambiance à la bonne franquette.

Koldunai à la crème fraîche et à l’aneth chez Gabi

A Trakai: ne ratez pas Apvalus Stalo Klubas, un restaurant cossu, romantico-désuet à la vue cinématographique sur le château. Une partie de l’établissement sert des pizzas, l’autre des spécialités locales raffinées (parmi les plus côtées du pays) incluant notamment les kibinai, spécialité karaïte (chausson farci de viande) et des animelles d’agneau à la kacha (blé concassé) aux aubergines.

Délicieux canard au blé et purée de potimarron à l’Apvalus Stalo Klubas à Trakai
Kibinai (raviolis farcis à la viande et aux champignons) à l’Apvalus Stalo Klubas à Trakai

Où faire ses emplettes?

Sarka signifie « Pie » en lithuanien, c’est aussi une boutique au charme fou proposant des vêtements et des objets vintage sacrément bien sélectionnés  par une mère et sa fille (verres en cristal à 3 €, manteaux en renard 60 €, robes à 7€ etc.). Akuku est une boutique pour enfants. Belle sélection de vêtements, jouets et articles de maison fabriqués dans les alentours avec beaucoup de goût.

La vitrine de Sarka
Sarka vintage

Le très britannique Marks and Spencer sur la magistrale Gedimio Prospekt paraît totalement anachronique. Et pourtant, le fondateur de cette chaîne de grands magasins était lituanien et a émigré en Grande-Bretagne pour y faire fortune. La succursale de Vilnius est donc une sorte d’hommage. La librairie du Centre Culturel Français vend quelques livres sur la Lituanie et quelques œuvres littéraires lituaniennes traduits en français.

Où dormir?

Dans le centre, deux hôtels plein de charme: l’hôtel Narutis (hôtel ouvert depuis 1581 sur Pilies gatve, la rue principale de la vieille –ville),  et le Grotthus hôtel (un des boutiques-hôtels les plus recherchés). Pour des budgets plus serrés l’hôtel Rinno emporte tous les suffrages de Tripadvisor pour son service de qualité (à juste titre) et son emplacement près du centre.

  • Adresses:
  • Filharmonija Ausros vartu 5, Vilnius  www.filharmonija.lt/en
  • Hôtel Grotthuss Ligoninės str. 7, Vilnius – Tel:+3705 2660322  http://www.grotthusshotel.com/index.php?page=home
  • Hôtel Narutis Pilies St. 24, Vilnius – Tel:+ 3705 212284   http://www.narutis.com/
  • Hôtel Rinno Vingriu str. 25, Vilnius – Tel:+3705 2622828 www.rinno.lt
  • Pilies Kepyklele, Pilies 8, Vilnius – Tel: + 3705 2612552
  • Neringa, Gedimino Prospekt. 23, Vilnius – Tel: +370 5  261 4058
  • la Provence Vokieciu 22, Vilnius – Tel: +370 5 262 0257
  • Gabi Sv. Mykolo 6, Vilnius – Tel: +370 5  6432123
  • Zemaiciai Vokieciu 24, Vilnius – Tel: +370 5 2616573
  • Apvalus Stalo Klubas Karaimu 53a, Trakai – Tel: +370 5 5595
  • Sarka Sv. Mykolo 4, Vilnius – Tel:+3706 8720163 http://sarkashop.lt
  • Akuku Skapo  3 -1, Vilnius – Tel:+370 61514030 http://www.akuku.lt 
  • Librairie du Centre Culturel Français Didzioji 1, Vilnius – Tel:+ 370 2312984 www.ccf.lt
  • Marks and Spencer Gedimino Prospekt. 20/1, Vilnius –Tel: +370 5 266 00 88 http://www.marks-and-spencer.lt

Pâtisserie Jean Millet (Paris) – sûrement les meilleures viennoiseries rive gauche

Un truculent croissant aux amandes parfumé au rhum

Les coordonnées de la Pâtisserie Jean Millet ont été extirpées du carnet d’adresses d’un Parisien  gourmet et averti gardant  ses lieux fétiches rien que pour lui. Une fois subtilisées, nous nous sommes dépêchés d’aller  déguster sur place celles qu’il considère être les  meilleures viennoiseries de la rive gauche.

De l’extérieur, la Pâtisserie- Salon de thé- Traiteur Jean Millet  a des airs on ne peut plus classiques. L’ambiance y est un brin désuète avec ses murs oranges, ses tables en formica et ses grand-mères du quartier qui viennent papoter entre elles à l’heure du thé.

Et pourtant sous le palais, tout se confirme: les croissants,  pains au chocolat et galette des rois sont succulents. Leur dénominateur commun? Ils sont tous confectionnés avec une pâte feuilletée souvent citée en référence qui est parfaite, croustillante (cuisson impeccable), embaumant le beurre frais généreusement dosé. Avec quelques rasades de thé (un lapsang-souchong par exemple), vous atteignez normalement le paradis. Amateurs de sucré et de beurre, ceci pourrait bien être le début de votre perte!

Les pâtisseries en vitrine font envie: les éclairs sont frais, les milles-feuille parfaitement réalisés, les Saint-Honoré si appétissants. On comprend mieux pourquoi certains grands chefs viennent se fournir ici depuis l’ouverture des lieux en 1963. Les nombreuses spécialités salées (croustades, pâtés lyonnais etc.) sont – d’après les clients qui passaient ce jour là – à la hauteur du reste.

Conclusion: c’est franchement délicieux. Tellement  bon que la subtilisation et la divulgation du lieu sont en l’espèce totalement justifiées. Espérons que le Parisien cité précédemment pardonnera; avec quelques croissants cela ne devrait pas être compliqué. (Merci D.).

  • Adresse:
  • Pâtisserie/Salon de thé/ Traiteur Jean Millet 103 rue Saint-Dominique 75007 Paris Tél. : 01 45 51 49 80
  • Horaires: Mardi – Samedi : de 08:30 à 20:00  et Dimanche : de 08:00 à 17:00

Princess Crêpe (Paris)- Une crêperie OVNI rose et japonaise /// A pink japanese UFO creperie

[scroll down for an English version]

Si vous passez par la rue des Ecouffes dans le Marais, vous risquez fort d’être étonné par la devanture rose et surréelle de la crêperie « Princess Crêpe » ouverte depuis plus d’un an: cœur géant dans la vitrine, dessins de nounours roses, bocaux à bonbons, pop japonaise à tue- tête et staff habillé en soubrette couleur layette. Peu frileuse d’aller au bout du concept manga, Princess Crêpe est réconfortante, rose, et si sucrée à souhait qu’elle peut facilement écoeurer  les allergiques du genre.

Les crêpes préparées sous vos yeux y sont…franchement bonnes, et servies comme au Japon (au Matcha, ou à la crème chantilly et aux fruits frais, au nutella et banane etc.). Moins sucrées que leurs alter-ego françaises, plus aériennes, elles sont généreusement garnies pour un prix très raisonnable (rien ne dépasse 5 Euros). Le sucre énergise, le décor amuse et vous transporte dans un dessin animé le temps de quelques bouchées nostalgiques et si effroyablement innocentes. Nous y sommes passés un samedi et il n’y avait pas un seul enfant, que des adultes. Nous en déduisons que Princess Crêpe est à utiliser avec parcimonie et en cas d’urgence régressive seulement…

  • Adresse:
  •  Princess Crepe 3 Rue des Ecouffes, 75004 Paris
  • ouvert du mercredi au dimanche de 13h à 19h / open from wednesday to sunday from 1 p.m. to 7 p.m.

English version:

If you go rue des Ecouffes in le Marais, you could be very surprised by the pink and surreal facade of the « Princess Crêpe » Creperie shop, which opened more than a year ago: giant heart on the window, pink teddy bears everywhere, never stop Japanese pop music playing. The staff seems to come straight from Harajuku, dressed-up as maids with soft pink dresses. Everything there is comforting, pink, sweet, and too pretty.

Crepes are…frankly very yummy, flavoured like in Japan (Matcha, whipped cream and fresh fruits, nutella and bananas etc.), less sweet than the traditional French crepes, lighter and generously filled (and for less than 5 Euros). Once out, we were still taken aback by this short journey to Japan and these nostalgic and so regressive bites. In case of emergency only.