Comme des Garçons Parfums Paris – Essences d’imaginaire

J’ai enfin franchi la porte de cette boutique à l’étrange vitrine framboise, glissante, surréelle et hypnotique devant laquelle je suis passée une centaine de fois sans oser y entrer. Au fond, un mur blanc minimaliste et sur toute la longueur des flacons de parfum de toutes sortes: carrés graphiques aux typographies disproportionnées, galets futuristes, bouteilles discrètes.

Depuis 25 ans,  Comme des Garçons créé, expérimente sans relâche des fragrances d’avant-garde, parfois même qualifiées d’incorrectes.

Les premiers essais sont timides, déroutés par des odeurs métalliques, boisées, émouvantes, innovantes ou d’un autre monde.  L’amorce fut quelques gouttes de Hinoki (cyprès nippon) pour le très snob magazine Monocle, qui  propulsées dans l’air ont soudain fait apparaître « mon » Japon. Celui des maisons seigneuriales et des temples tout en bois, des bains publics chauffés à l’eau des volcans où  les bancs des bassins sont en conifère tout humides, exhalant leur essence alors que le corps est assommé par la chaleur brûlante de l’eau. L’imitation est si parfaite que les Japonais ne l’achèteraient pas, trop proche de leur réalité.

Un autre coup de coeur est la très réussie série 3 « Incense », collection de fragrances spirituelles autour de l’encens  objet de culte. Alors que la médiévale Avignon transpire les volutes  d’encens à travers les lourdes tentures et la pierre épaisse des cathédrales (camomille, ciste, patchouli, encens et palissandre) plongeant le spectateur dans une fascinante obscurité,  Zagorsk renferme un encens  lumineux associé au bouleau blanc, à la violette et l’iris, aussi cristallin qu’un chant religieux  d’un choeur de femmes aux yeux clairs montant dans le ciel d’hiver de ce haut lieu de pèlerinage de l’orthodoxie russe.  At last but not least, je suis conquise par la magistrale Kyoto, faite d’encens calmes, de cèdre, de vétiver chaud, de cyprès méditatifs et qui après quelques heures passées sur la peau s’estompe, meurt, tout en prenant une direction plus animale, voire inconnue.

Des pulvérisations, de l’air et soudain le décor s’efface pour mieux laisser place à des apparitions, à des récits imaginaires. La vendeuse me réveille de cette si douce torpeur, et me rappelle que l’heure de la fermeture est arrivée. Ce qui n’a fait que brusquer mon évidente décision; à défaut d’y être, je porterai Kyoto et ses encens à mon cou, petit hommage vibrant à cette si grande ville à qui je dois tout.

2 réponses à “Comme des Garçons Parfums Paris – Essences d’imaginaire

  1. Mmmmmhh… je suis droguée à « Palisander » (série Rouge) depuis des années…🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s