Frédéric Malle – Editeur de parfums, éditeur d’émois (Paris, New York)

Par un jour de grisaille très humide et d’humeur sélénite, je suis entrée dans la  boutique confidentielle de Frédéric Malle non loin de la place de la Concorde.

Frédéric Malle a inventé le qualificatif « d’éditeur de parfums » faisant appel aux meilleurs nez ( Pierre Bourdon, Jean-Claude Ellena, Maurice Roucel, Dominique Ropion, Edouard Fléchier etc.) pour que ceux-ci puissent composer des fragrances en totale liberté, sans contrainte de format avec pour uniques guides leur sensibilité et inspiration. Certains parfums sont des « rééditions » tel que le Parfum de Thérèse (Edmond Roudnitska). Tous sont fabriqués avec des matières premières de très grande qualité,  faisant (re)découvrir l’intensité et la force des essences.  Petits bijoux olfactifs multi-facettes, surprennement texturés, ce sont des invitations aux souvenirs, à la découverte.

Ce jour-là, au lieu de traîner indéfiniment dans ce temple,  j’ai rapidement sélectionné quelques fragrances puis en ai aspergé ma peau et quelques touches (papiers absorbants spécifiques permettant d’apprécier la qualité et de suivre l’évolution des parfums). J’ai  glissé ces carrés de papier odorants dans les poches de mon trench trempé et  je suis brusquement partie pour une longue errance bruineuse à travers les rues de la ville, espérant une quelconque rencontre  olfactive.

Deux heures plus tard, je découvrais mon précieux butin tout en fermant les yeux. Je fus littéralement transportée par ces éclats radieux d’arc en ciel: catapultée dans les années 30 suivant et devenant à travers les cabarets une fatale et indomptable effluve de jasmin, de mimosa sec et de cassie (Fleur de Cassie), séduite par le creux de mon bras  enveloppé d’une odeur solaire, inédite, animale, sans aucune fleur, se mariant si justement avec la mienne (Musc Ravageur), jouant du piano dans le calme de la maison de mon enfance redécouvrant un Arpège, celui de ma grand-mère, infiniment plus sophistiqué  et complexe dans sa composition (Iris Poudré).

Mon trench est ainsi devenu un recueil d’odeurs provoquant l’émoi, d’odeurs à devenir. Il ne  me reste plus qu’à retourner chez Frédéric Malle à la quête du parfum idéal. Trouver celui qui m’accompagnera telle une bande son odorante, qui définira au mieux  mes états d’âme du moment, et qui laissera derrière ma nuque et mes pas un sillage si particulier, qu’il ne pourra que mieux me qualifier que tous les mots du monde, tout en faisant naître de lumineuses promesses et de beaux souvenirs.

  • Adresses:
  • Editions de Parfum Frédéric Malle
  • 21 Rue du Mont Thabor – Paris, Tel: 01 42 22 16 89
  • 37 Rue de Grenelle- Paris, Tel:01 42 22 76 40
  • 140 Avenue Victor Hugo- Paris, Tel: 01 45 05 39 02
  • 898 Madison Avenue -New York, NY 10021-4145, Tel:(212) 249-7941
  • autres points de vente et informations :
  •  http://www.fredericmalle.com/main.cfm#!

Une réponse à “Frédéric Malle – Editeur de parfums, éditeur d’émois (Paris, New York)

  1. On les sent presque rien qu’à te lire… et c’est enivrant. Merci de nous faire partager tout ça =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s