Jérusalem autrement…


 On considère souvent Jérusalem comme le pendant religieux, montagneux et austère de Tel-Aviv la rutilante. Les monts contre la mer. La réalité pesante contre l’insouciance. Les costumes noirs contre les maillots de bain. La Religion contre la « Bulle ». 

Au premier regard, on peut s’y sentir mal à l’aise: la religion y est omniprésente,  à l’ouest les orthodoxes s’y sont répandus de manière croissante ces dernières années. Dans la vieille ville et aux frontières Est-Ouest les tensions sont palpables, elles peuvent rapidement devenir électriques, les actes de violence fréquents, ceci est indéniable.

Pourtant par delà les conflits et les apparences, Jérusalem joue de ses nuances, elle est le refuge de millions de lignes en demi-teintes, d’existences entre-deux, de personnes ayant déjà vécu plus de neufs vies, le croisement d’une multitude de langues et de cultures. Elle est d’une richesse humaine qui peut être de prime abord impalpable. Vivier intellectuel et universitaire, elle vibre, elle provoque avec son irrévérence tenant de la survie, et vit le quotidien envers et contre tout dans une tranquillité qui est toute étonnante. Il faut épouser son rythme, se perdre dans ses rues, aller à la rencontre des gens, confronter son point de vue, abandonner ses préjugés, elle devient alors paradoxalement la ville la plus attachante du monde. Elle est également éclatante, balayée par sa théâtrale lumière, qui démocratique, douce et intense vient caresser les visages, les arbres, les bâtiments et ce peu importe de quel côté de la ville on se trouve et la raison pour laquelle on y est.

Si on ne s’en tient pas à la superficie des choses, ce mélange de quiétude lumineuse, de rencontres humaines, de beauté et de violences ne laisse  jamais indifférent. Elle reste toujours en soi un sujet d’éternels questionnements et de voyages intérieurs. Rien que pour cela, je ne la remercierai jamais assez.


Jérusalem autrement le jour:

Se balader dans les rues de  Rehavia, quartier de l’intelligentsia avec ses allées ombragées et romantiques, dans la colonie Allemande (HaMoshava HaGermanit) avec ses bâtiments art déco et plus particulièrement dans son agréable artère principale Emek Refaïm bordées de magasins, à Nachlahot quartier à proximité du marché avec ses petites maisons anciennes et typiques.

Aller à Mea Shearim (le quartier ultra religieux) est une expérience vous replongeant au 19ème siècle, il faut s’y faire discret.

A Jérusalem, lors de shabbat, les autos sont absentes, les rues sont vides et rien que pour soi, une belle occasion de les arpenter.

Se perdre dans les allées du marché (Mahane Yehuda Market localement appelé le « Shuk ») – vibrant et coloré – y boire son café du matin, ramener du Zahatar (herbe locale), des épices, de l’Arak (alcool anisé) ou du Halva frais (sorte de turon hyper sucré). Aller y manger du Kibbeh à l’Irakienne (boulettes de viande et de boulgour) chez Azzura (restaurant dans le marché), ou déjeuner dans l’une des gargotes de spécialités d’Europe Centrale sur Agripas, une des rues attenantes.

Le plus beau panorama de la ville se trouve sur le toit de l’Hospice Autrichien dans la vieille ville. Derrière une lourde porte proche de la Via Dolorosa là où le Christ est tombé pour la première fois en portant sa croix, se cache un bâtiment massif où des sœurs habillées tout de blanc vous accueillent dans un jardin paisible et vous proposent des chocolats viennois à la crème indécemment délicieuse et des strudel comme à Vienne. Le fameux panorama se trouve sur le toit du bâtiment, ne pas hésiter à y monter, la ville s’offre à vous, juste sous vos pieds à 360 degrés.

Parcourir les remparts de la vieille ville est également un excellent moyen d’observer ce qui s’y passe d’en haut (rampart’s walk).

Tant que vous êtes dans la vieille ville, aller près de la porte de Damas chez Abu Shukri pour déguster un humus frais pour une poignée de shekels (censé être l’un des meilleurs de Jérusalem).

Faire un tour au Museum on the Seam, musée unique en Israël d’installations d’art contemporain qui ont trait à différents aspects socio-politiques du pays, et ce sans aucune neutralité.

Acheter des vieux livres d’occasion en face de la Grande Synagogue sur King George Street, où le patron peut vous refuser certains ouvrages qu’il exècre en vous provoquant en duel rhétorique (prévoir du temps) ou dans la librairie the Book Gallery, labyrinthe truffé de livres en Anglais, Allemand, Français, Hébreu d’une autre époque.

Prendre le thé ou l’apéritif dans Jérusalem Est à l’American Colony Hotel pour vous replonger dans l’ambiance de l’Empire Britannique,  et où sont passés avant vous Churchill, Ingrid Bergman, Bob Dylan, et Gorbatchev (on peut également y dîner).

 Jérusalem autrement la nuit:

Le soir, aller au cinéma à la Cinémathèque (films d’art et d’essai en Anglais, en Français en fonction de la programmation) ou au Lev Smadar, café/restaurant-cinéma charmant où l’on peut traîner également la journée.

Dîner au Zuni ouvert 24h/24, 7j/7 (pratique quand les restaurants sont fermés pendant Shabbat), déguster un falafel à la volée en pleine rue chez Shalom Falafel (souvent désigné comme le meilleur de la ville), se balader down town près de la rue Ben Yehuda. 

Boire une controversée Tahybeh (bière Palestienne) au mythique Sira (ou Diwan –son ancien nom toujours usité-), QG des étudiants, de leurs professeurs et de tout ceux qui sont hors norme, puis les suivre pour assister à des concerts/soirées ou prendre un pot à Uganda (le jour c’est un disquaire/ libraire/ collectif d’artistes/maison de disque de bon goût à tendances alternatives et électroniques).

Dormir à l’hospice Autrichien (la vie monastique peut avoir ses charmes), à l’auberge de jeunesse YMCA, à l’hôtel Harmony (correct et propret trois étoiles) ou au luxueux hôtel King David au style art déco- exotico égyptien avec son jardin et sa piscine, là ou Paul Newman et Eva Marie Saint se sont donnés rendez vous dans le film Exodus.

 Carnet d’Adresses à Jérusalem:

  • Mahane Yehuda Market –  rue Agripas et rue Jaffa – Jérusalem. Ouvert de 8h à 20h de dimanche à jeudi et le vendredi de 8h à 15h. Fermé le vendredi après 15h et le samedi.
  • Hospice Autrichien (Austrian Hospice of the Holy Family) – 37 Via Dolorosa – Jérusalem, Tel: 02 626 5800, www.austrianhospice.com.
  • Remparts (Ramparts Walk) Accès payant (environ 15 NIS) à Jaffa Gate.
  • Restaurant Abu Shukri 63 rue Al Wad, Vieille Ville Jérusalem, Tel: 02 6271538  (croisement rue Al Wad et Via Dolorosa).
  • Musée on the Seam – 4 rue Chel Handasa – Jérusalem, Tel: 02 628 1278 http://mots.org.il/Eng/Index.asp
  • Librairie the Book Gallery – rue Schatz – Jérusalem, Tel: 602 623 1087
  • American Colony Hotel Café et Restaurant  – Off Nablus Road – Jérusalem, Tel: 02 627 9777
  • Cinémathèque  – 11 rue Dere’h ‘Hebron – Jérusalem, Tel: 02 672 4131
  • Cinéma Café Lev Smadar  – rue Lloyd George – Jérusalem, Tel: 02 566 0954
  • Restaurant Zuni -15 rue Yoel Salomon – Jérusalem, Tel: 02 625 7776
  • Shalom Falafel – 34 rue Bezalel – Jeéusalem, Tel: 026231436
  • Bar Sira/Diwan – 4 rue Ben Sira – Jérusalem, Tel:  026234366
  • Bar Uganda4 rue Aristobolus – Jérusalem, Tel:  02 623 6087 www.uganda.co.il
  • Hotel Harmony  – 6 rue Yoel Moshe Salomon – Jérusalem , Tel:  02 35425555
  • King David Hotel – 23 rue King David – Jérusalem, Tel:026208888
  • Hotel Auberge de Jeunesse YMCA – 26 rue King David- Jérusalem, Tel: 02 569 2692

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s